Mobilité – Projet

Le coût croissant du carburant et le réchauffement climatique conduisent à remettre en cause la dépendance automobile et les modes de vie. La « liberté individuelle » des automobilistes est confrontée à l’épuisement des ressources naturelles et au devenir de la planète. Les enjeux sont particulièrement cruciaux en milieu rural, et le territoire de la vallée de la Drôme ne peut échapper à la réflexion sur les alternatives à apporter à la voiture individuelle.

Ainsi, il faut inciter notre territoire à poursuivre sa démarche sur les transports collectifs et à développer d’autres moyens de déplacements, dont certains avaient déjà été définis il y a quelque temps :

  • le partage des transports individuels, en favorisant l’autostop solidaire et en encourageant le covoiturage
  • la pratique du vélo, par la création de véritables pistes cyclables et l’expérimentation du « vélobus » pour les écoles
  • la transversalité entre les différents modes de transports collectifs, avec une tarification unique entre les trains et les autocars, la valorisation du transport à la demande et la création d’une plateforme de la mobilité.

Mais la plupart de ces objectifs n’ont pas été atteints et ils pourraient être réactualisés et abondés par d’autres mesures telles que les PDE (plans de déplacements entreprises) et PDES (établissements scolaires). De plus, l’articulation des transports collectifs de la vallée de la Drôme, trains et autocars, combinée avec d’autres modes actifs tels que la marche ou le vélo, nécessite une politique d’étroite coordination entre les AOT (autorités organisatrices des transports), à savoir la Région Rhône Alpes et le Conseil général de la Drôme.

Depuis l’automne dernier, Le Conseil Local de Développement Durable – Pays Diois (CLDD) travaille en étroite collaboration avec le CLD de la vallée de la Drôme afin d’enrichir la connaissance des pratiques et des besoins de déplacements sur le territoire.

L’enjeu majeur en matière de mobilité reste le changement des pratiques dès maintenant, qui pourra être effectif grâce à la réduction des déplacements parcourus par chacun, dans le cadre de l’objectif de Biovallée de réduction de 8200 à 5000 km parcourus par an et par habitant à l’échéance 2040.

Les Conseils Locaux de Développement du territoire s’engagent à réunir, organiser et mettre en œuvre, conformément au Grand Projet Biovallée, les contenus qui pourraient induire un changement de pratiques : visites de sites ayant développé une organisation exemplaire, recueil de bonnes expériences, gestes à acquérir, pistes concrètes pour réduire les kilomètres parcourus en voiture au travail, à la maison, avec les enfants.

Avec l’espoir que nos actions pourront fédérer les différentes dynamiques locales et initier un réel mouvement pour le changement de nos pratiques de déplacements.

 

Bernard Collignon,
référent commission Transports CLDD du Pays Diois